Peter Pan de J. M. Barrie

Édition : Editions Fabbri (Bibliothèque de l’Aventure)
Date de parution : 1997
Nombre de page : 189

Résumé :

Peter Pan est un petit garçon bien étrange. Il est vêtu de feuilles, ne connaît pas son âge, et ignore ce qu’est un baiser. Wendy est intriguée par ce petit bonhomme qui lui rend visite la nuit, accompagné d’une lumière tintinnabulante nommée Clochette. D’où vient-il donc ?
« Je me suis enfui le jour de ma naissance », répond Peter Pan. « Je ne veux pas devenir un adulte, alors depuis, je vis au pays des fées. Sais-tu d’où viennent les fées ? Lorsque le premier de tous les bébés se mit à rire pour la première fois, son rire se brisa en milliers de morceaux, et chaque morceau devint une fée. »
Wendy et ses deux frères, John et Michael, n’hésiteront pas bien longtemps à suivre Peter Pan et Clochette sur l’Île merveilleuse, au pays de l’Imaginaire…

Avis perso :

L’histoire de  Peter Pan s’étend de sa naissance à loin dans le temps. Il y a beaucoup de magie dans ce livre. Dès le début on rentre dans un univers avec une multitude d’éléments  inexplicable scientifiquement. En effet Peter Pan s’enfuit de chez lui en volant seulement sept jours après sa naissance et il en est conscient.

Peter est un garçon centré sur sa personne, qui ne pense qu’à lui et ses propres intérêts. Il emmène des enfants dans son pays, et essaye de faire en sorte qu’il ne reparte jamais. Les garçons perdus doivent être près à tout pour Peter, ils doivent notamment faire en sorte que le camp soit toujours plein de vie. Peter est hypocrite, et c’est aussi le seul être immortel du Pays imaginaire, pour lui tout est modifiable, il récupère les enfants generation apres generation, et oubli les autres. Les fées ont une vie très courte, les pirates vieillissent, et  les enfants imaginaires aussi. Le pays imaginaire est totalement différent sans Peter, personne ne se bat … On n’entend pas beaucoup parler de Clochette. Le livre est en soit assez court et l’histoire se passe vite. J’aurais bien aimé que les personnages soit plus développés.

Ce livre aborde une thématique importante la peur de grandir et la peur de la mort. Peter ne souhaite pas grandir. Le Capitaine crochet a peur du crocodile, et par extension de l’horloge qu’il y a dans son ventre et du temps qui passe. Je trouve que ce point est encore plus important dans le dessin animé. Le capitaine a peur de mourir, et l’extinction du réveil représente la fin de son temps parmi les vivant, après le crocodile pourra l’attaquer en silence par surprise, et prendre sa vie.

Info plus >

Le syndrome de Peter Pan
est une expression utilisée pour désigner l’angoisse liée à l’idée de devenir adulte et le désir associé de rester enfant et plus généralement pour caractériser un adulte immature. Bien que largement popularisée par un psychanalyste, Dan Kiley, qui en fit le titre d’un ouvrage à succès paru en 1983, la notion ne constitue pour autant pas un syndrome reconnu en psychologie clinique.

La thanatophobie
est la peur de la mort.

La Statue de Peter Pan est une statue de bronze conçue par le sculpteur George Frampton. Elle se situe au bord de la Serpentine, dans les Jardins de Kensington.

Résultat de recherche d'images pour "peter pan statue"

Films :

Peter Pan (1924) · Peter Pan (1953) ·Hook ou la Revanche du capitaine Crochet (1991) ·Peter Pan 2 (2002) · Peter Pan (2003) ·Neverland (2004) · La Fée Clochette (2008) · Pan (2015)

Résultat de recherche d'images pour "peter pan film"  Résultat de recherche d'images pour "peter pan film"  Résultat de recherche d'images pour "peter pan film"  Image associée

En bref > Des sujets très intéressant mais une narration qui laisse à désirer.

Citations :

 » Deuxième étoile à droite et tout droit jusqu’au matin  »

L’auteur :

James Matthew Barrie, plus connu sous la signature de J. M. Barrie, est un romancier et dramaturge écossais, célèbre pour avoir créé le personnage de Peter Pan.

L’enfance de James Matthew Barrie ne fut pas heureuse. Il travailla comme journaliste pour le Journal de Nottingham avant de s’installer à Londres, à son compte, en 1885. En 1902 James Barrie est devenu un dramaturge incontournable ; deux de ses pièces triomphent sur les scènes londoniennes : « L’admirable Crichton » et « Quality Street ». Le personnage de Peter Pan apparaît pour la première fois dans un roman fantaisiste intitulé « Le petit oiseau blanc ».
La carrière de Barrie n’aura dès lors guère d’interruption. Son œuvre la plus populaire « Peter Pan ou le Petit garçon qui ne voulait pas grandir » (1904), évoque le monde de l’imagination enfantine. La version romanesque de Peter Pan, « Peter and Wendy » est publiée en 1911.
Il fut un ami intime de la famille Llewelyn Davies – surtout des enfants, qui lui inspirèrent le personnage de Peter Pan. Il cultivait une amitié ambiguë mais respectueuse avec la mère des enfants, Sylvia Llewelyn Davies. Les enfants se retrouvent bientôt orphelins, de père, puis de mère, et James Matthew Barrie les adopta. Peter, John, Michael, Nicholas et Arthur devinrent donc ses fils. Les enfants connurent, chacun à leur manière, un destin tragique et Barrie fut très affecté par ces disparitions successives.

Résultat de recherche d'images pour "j m barrie"

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *